jeudelangage.xyz
langage modélisation interaction (clinique) dont la visée est la pertinence avec l'interlocuteur notamment, la caractérisation de l'objet de la transaction pour lui, en particulier les conditions de (non) possibilité de cet objet.
rêve/rêver?

 

 

 

 

(160612) – Qu’est-ce qui fait dire que Pharaon a rêvé cela : « (…) il se tenait près du Nil et il vit monter du Nil sept vaches de belle apparence et grasses de chair, qui pâturèrent dans les joncs. Mais voici que sept autres vaches montèrent du Nil derrière elles, laides d’apparence et maigres de chair, et elles se rangèrent à côté des premières, sur la rive du Nil. Et les vaches laides d’apparence et maigres de chair dévorèrent les sept vaches grasses et belles d’apparence. Alors Pharaon s’éveilla. Il se rendormit et eut un second songe : sept épis montaient d’une même tige, gros et beau. Mais voici que sept épis grêles et brûlés par le vent d’est poussèrent après eux. Et les épis grêles engloutirent les sept épis gros et pleins. Alors Pharaon s’éveilla : voilà que c’était un songe ! »? [i]

Ne serait-il pas ainsi indiqué : «(…) Alors Pharaon s’éveilla. Il se rendormit et eut un second songe (…) Alors Pharaon s’éveilla : voilà que c’était un songe ! »?

 

Qu’est-ce qui fait dire que la reine Sirømahæmæyæ a fait ce songe: « quatre deva soulevèrent son lit transportant ainsi la reine dans une forêt, dans laquelle ils posèrent le lit sur une grande pierre plate, à l’ombre d’un shorea robusta en fleurs. Les deva l’ont ensuite lavée, vêtue de somptueux habits, parée de fleurs splendides et ointe de parfums exquis. Ils l’ont délicatement déposée dans un pæsæda  fait d’or. Là s’est approché un éléphant d’un blanc totalement immaculé, qui est entré dans la reine par son flanc droit. Ainsi s’est achevé le rêve. ».?[ii]

Ne serait-il pas ainsi montre?: « Ainsi s’est achevé le rêve. »?

 

Qu’est-ce qui fait dire que Martin Luther King avait un rêve ?[iii] Ne l’aurai-t-il pas proclamé en ces termes  [iv]: « (…) Je vous le dis aujourd’hui mes amis, bien que nous devions faire face aux difficultés et aux frustrations du moment, j’ai tout de même fait un rêve. C’est un rêve profondément enraciné dans le rêve américain.

Je fais le rêve qu’un jour cette nation se lève et vive la vraie signification de sa croyance : nous tenons ces vérités comme évidentes que tous les hommes naissent égaux.

Je fais le rêve qu’un jour, sur les collines de terre rouge de Géorgie, les fils des anciens esclaves et les fils des anciens propriétaires d’esclaves pourront s’asseoir ensemble à la table de la fraternité.

Je fais le rêve qu’un jour, même l’État de Mississipi, un désert étouffant d’injustice et d’oppression, sera transformé en oasis de liberté et de justice.

Je fais le rêve que mes quatre enfants habiteront un jour une nation où ils ne seront pas jugés sur la couleur de leur peau mais à la mesure de leur caractère.

J’ai fait ce rêve aujourd’hui.

J’ai fait un rêve qu’un jour l’État de l’Alabama, dont le gouverneur actuel parle d’interposition et de nullité, sera transformé en un endroit où les petits enfants noirs pourront prendre la main des petits enfants blancs et marcher ensemble comme frères et sœurs (…)

Et si l’Amérique est une grande nation

ceci doit se faire (…) »?[v]

 

le rêve de l’escalier” n’est-il pas ainsi énoncé : “Je crois que je suis très habile à la production des rêves, en particulier de ceux qui engendrent des peurs”?[vi].

 

Est-ce différent pour ce qui me concerne ? qu’est-ce qui (me) fait dire que moi j’ai fait un rêve? ne (me) dis-je donc point : « j’ai rêvé ceci, cela  »? Ne (me) relaté-je point mon rêve ainsi que le songe de Pharaon est rapporté, tel que celui de Sirømahæmæyæ comme celui de tout un chacun le sont ?

Serait-il encore question de rêve si cela était énoncé ainsi : “Je crois que je suis très habile à la production des pensées (des dessins, des nouvelles…), en particulier de ceux qui engendrent des peurs”, “j’ai un objectif, un idéal…”, ” « quatre deva soulevèrent son lit transportant ainsi la reine dans une forêt, dans laquelle ils posèrent le lit sur une grande pierre plate (…). Ainsi s’est achevé la relation”, ” « (…) il se tenait près du Nil et il vit monter du Nil sept vaches de belle apparence et grasses de chair, qui pâturèrent dans les joncs (…) : voilà que c’était une réflexion ! »?

Qu’en est-il de cela : ” J’ai fait un rêve. 3.500 écrivains du monde entier s’étaient réunis pour célébrer le fait qu’ils étaient tous meilleurs que moi.”? [vii]

 

Dans un entretien (clinique), un rêve ne serait-il pas essentiellement un dire et un dit, bref un jeu de langage ? (faire) travailler un rêve demanderait-il alors d’autres outils que (faire) travailler n’importe quel jeu de langage ?

 

 

 

Laisser une réaction

Vous devez être connecté pour écrire un commentaire.